Septembre et Octobre 2010 en Indonésie

 

Jeudi 2 Septembre

Me voilà à nouveau sur le départ pour la découverte d'un nouveau pays.

Après 3 semaines à faire découvrir la Thaïlande à mon amie Ariane, je m'apprête à décoller demain matin pour l'Indonésie.

Je compte commencer par le Sulawesi (les Célèbes) puis Lombok et enfin Bali.

Avant de quitter la Thaïlande une petite photo d'un moto-taxi dans Bangkok , une autre d'une publicité pour du vin, on imagine mal ce nom pour un vin en France ! Et pour finir un autre personnage connu qui fait le Wai (salut Thaï) .

Dimanche 5 Septembre

"Selamat siang" à tous !

Une petite carte de l'Indonésie pour avoir une idée du pays :

Puis une carte du Sulawesi pour mieux suivre mon périple :

Me voilà à Makassar (Udjung Padang) depuis vendredi soir. Hier j'ai commencé par aller chercher une carte sim indonésienne pour mon portable, puis je me suis mis en quête d'une moto à louer. Ici, ce n'est pas comme en Thaïlande où il y a des échoppes avec "Motobike for rent" partout, il m'a fallu plus de 30 minutes et 3 conducteurs de "Becak" (Tuk-tuk local à vélo) pour arriver à un loueur de moto perdu dans un dédale de petites rues !

Ma première impression de l'Indonésie est mitigée. On a le sentiment que tout le monde essaye de vous arnaquer. Les conducteurs de taxi et de becak particulièrement.

En plus, j'arrive en plein ramadan. Hier midi, j'ai eu beaucoup de mal à trouver un restaurant ouvert ! Le soir par contre les rues sont encombrées de véhicules et au bout de 10 minutes j'ai préféré rentrer à l'hôtel tellement la circulation était impossible !

Aujourd'hui je vais aller voir Fort Rotterdam, souvenir de l'occupation hollandaise (si c'est ouvert le dimanche...)

Lundi 6 Septembre

Hier, j'ai donc été visité Fort Rotterdam, construit par le prince de Gowa puis agrandi et fortifié par les hollandais lors de leur occupation de l'Indonésie (Les Indes Hollandaises, plus d'info ICI )

Un petit panoramique du fort :

Et quelques photos.

Bien qu'on soit dimanche, dans un coin, j'assiste à un cours, apparement sur l'histoire du fort. Comme partout en Asie il y a un coin un peu moins agréable à regarder...

J'ai aussi été faire un tour sur le vieux port de pêche de Paotare, toujours en activité avec ses ruelles étroites, ses petits magasins et ses becaks. Un enfant regarde une vidéo sur son portable...

Ici aussi on voit passer des moto-marchands d'articles variés.

Un petit aperçu aussi de la rue des bijoutiers, c'est dans une partie ancienne de la ville et il n'y a quasiment que des bijoutiers.

On me dit parfois que je suis fou de conduire en scooter dans Bangkok. Il suffit de venir ici pour réaliser que Bangkok c'est le paradis des conducteurs !!! Ici c'est totalement n'importe quoi. Ça klaxonne dans tous les sens et sans arrêt, ça roule de tous les côtés et surtout ça coupe la route et ça fonce (ou essaie d'avancer dans les embouteillages monstres) sans se préoccuper des autres. C'est à celui qui forcera le plus le passage ! Il parait que même dans le reste de l'Indonésie, les conducteurs de Makassar sont considérés comme les pires !

Je pars demain matin pour Rantepao et le pays Toraja. 8 heures de bus ! Je voulais prendre l'avion, mais après pas mal de recherche (dans une agence de voyage on m'a dit qu'il fallait juste aller à l'aéroport pour prendre l'avion, mais "il n'y en a pas tous les jours" !) j'ai finit par apprendre que la compagnie avait fermé la liaison et la rouvrirait en 2011... ou 2012... Peut-être !

J'ai aussi réservé un vol pour Manado dimanche prochain et 5 jours de plongée aux îles Bunaken !

Mardi 7 Septembre

Ouf ! Me voilà à Rantepao, capitale du pays Toraja ! Comme prévu, le trajet en bus s'est avéré "éprouvant" !

Pour commencer, la sortie de Makassar dure plus d'une heure. En fait, la "banlieue" de la ville s'étend sur des kilomètres. Ce qu'on ne réalise pas tout de suite en Indonésie, c'est la densité de population. J'ai l'habitude de dire qu'en Thaïlande ça "grouille" comparé à la Malaisie ou au Laos, mais ici c'est 10 fois pire. Il y a du monde partout, tout le temps et les embouteillages ne s'arrêtent qu'à 50 km de la ville.

Ensuite, la route longe la côte pendant 4 heures. Voilà quelques photos du paysage le long de la route.

On voit aussi sur la route le riz en train de sécher. Les Becak sont maintenant moteur et non plus des vélos.

La route est en "construction". Ce qui signifie ici des parties en bon état puis des parties défoncées. Mais la construction se fait, apparemment, de manière aléatoire. Les parties de route "construites" ne font quasiment jamais plis de 3 ou 4 km, parfois 500 mètres seulement ou même juste un pont. Ensuite c'est à nouveau la route avec des trous. Le plus difficile c'est que chaque passage d'un type de route à l'autre est comme un dos d'âne !

Au bout de 4 heures on s'arrête dans un petit resto dont l'enseigne rappelle quelque chose !

Puis c'est la montagne pour encore 6 heures ! Avec les deux premières heures sous une pluie battante, un vrai déluge !

Bref après 10 heures de trajet, j'arrive enfin à Rantepao !

Bon, un riz frit aux crevettes (Nasi Goreng Biasa), une douche et au lit ! Bonne nuit !

Et dire que samedi il faudra faire le trajet inverse...

Mercredi 8 Septembre

Rantepao est la capitale du pays Toraja. La caractéristique la plus singulière ici ce sont les maisons.

En faisant un petit tour dans la ville, je tombe sur une vision un peu inattendue dans le plus grand pays musulman du monde. En fait les Toraja sont protestants, mais leurs "temples" ressemblent beaucoup à des églises. Une autre chose surprenante dans une petite ville de montagne, c'est que sur le marché il n'y a quasiment que des poissons ! Un vendeur d'objet divers mais à vélo. La rivière est elle aussi inhabituelle.

Une des "attraction" majeure du pays Toraja, c'est la cérémonie des funérailles. J'ai de la chance car il y en a une qui débute ce matin. Si l'on peut s'étonner que des funérailles soient une attraction touristique, il faut avouer, après avoir vu ça, qu'effectivement ça vaut le voyage !

Quand une personne meurt, elle est momifiée et reste dans la maison. Son âme est présente avec la famille jusqu'à la cérémonie qui peut avoir lieu plusieurs mois voir années après la mort. Lors de la cérémonie on sacrifie buffles et cochons qui emmèneront l'âme au ciel avec eux. Plus il y a de buffles et de cochons plus l'âme ira haut.

Je vais donc en scooter dans le petit village où a lieu la cérémonie. Un chemin mène jusqu'au lieu même des funérailles, mais il est encombré de voitures et camions qui amènent les cochons et les buffles. Chacun vient avec son offrande pour la famille.

Arrivé sur place je suis un peu surpris (c'est un euphémisme) par le monde présent. Il y a plusieurs centaines de personnes et au moins 200 cochons et de nombreux buffles !

Un speaker annonce au micro les offrandes de chaque famille et on enregistre ça précieusement. Si une famille a offert 3 cochons, lors de funérailles pour un membre de cette famille il faudra offrir 3 cochons aussi !

Les maisons Toraja sont présentes tout autour du lieu de la cérémonie. Les "participants" vont rester là une semaine. Les cochons assurent la nourriture pour tout le monde.

Après avoir donné mon offrande (une cartouche de cigarette !) à Mama Biagi la femme du défunt, je quitte les lieux en passant par la falaise où le corps sera définitivement déposé après une semaine de fête. C'est uniquement à ce moment là que la tristesse sera de mise. Sous la falaise, le mélange de style protestant et Toraja est un peu surprenant.

Plus d'infos sur le pays Toraja et les rites funéraires ICI

Mercredi 8 Septembre

Aujourd'hui, j'ai été découvrir quelques villages des environs. Quelques vues du paysage. Par endroit, la route est un peu "moins bonne"... Un temple dans un village.

Toutes les attractions dans cette région tournent autour des maisons ou des rites funéraires.

Le premier village est connu pour ses vieilles maisons.

Le second pour sa falaise mortuaire et les Tau-tau (statues représentant les défunts) qui gardent les morts.

Dimanche 12 Septembre

Après 11 heures de bus aussi chaotique qu'à l'aller, j'ai passé une nuit à Makassar avant de prendre l'avion pour Manado.

A l'arrivée j'ai été accueilli à l'aéroport et emmené au port d'ou je suis parti pour les îles Bunaken. Le bateau était assez petit et la météo vraiment pas très bonne ! Au milieu de la traversée, avec des vagues de 4 mètres, le "patron" a demandé à son "matelot" de sortir les gilets de sauvetage et d'écoper ! Tout ce qu'il faut pour être rassuré !

Mais on est bien arrivé !

Lundi 13 Septembre

Ce matin le soleil était au rendez-vous. C'est parti pour 5 jours de plongées...

Mardi 14 Septembre

Les photos du jour avec une première plongée sur un récif avec des milliers de "Balistes bleus" et autres espèces...

En allant sur le lieu de plongée, on passe devant le village qui a une église assez "baroque" !

et plouf, c'est reparti !

L'après-midi, le ciel menace un peu, mais on replonge !

Mercredi 15 Septembre

Voilà les photos prises aujourd'hui !

Jeudi 16 Septembre

Bon, ça commence à faire répétition, mais voilà les photos des plongées d'aujourd'hui !

Encore deux plongées demain et samedi je pars à Bali.

Vendredi 17 Septembre

Dernière livraison de photos de plongée et des environs.

Demain je décolle pour Bali.

Mardi 21 Septembre

Me voilà depuis deux jours à Bali ! Pas encore grand chose à vous raconter et à vous montrer. Je suis pour le moment installé dans la partie "station balnéaire" de l'île, un peu "englué" dans des questions d'extension de visa et autres formalités. Il pleut tous les matins en ce moment ce qui ne facilite pas la découverte des coins sympas ! Cette partie de l'île ressemble à ce que je n'aime pas dans les coins les plus touristiques de Thaïlande, je vais essayer d'en sortir au plus vite !

Le premier jour, je me suis fais "arnaqué" de 2 millions de roupies (pas loin de 200€) par un changeur de monnaie qui m'a fait un tour de passe-passe ! Mais à 300 mètres de là un Balinais m'a conseillé de recompter mon argent et j'ai découvert l'arnaque. Je suis retourné voir le gars qui n'a pas nié et m'a proposé de me rendre mes 500€ contre l'argent qu'il m'avait donné. En fait, ils proposent des taux plus intéressants que les banques, mais s'ils n'arrivent pas à arnaquer le client, ils ne veulent pas faire la transaction car ils perdraient de l'argent !!! Welcome to Bali !!!!

Aujourd'hui je continue mes démarches pour avoir une extension de visa de 30 jours et j'espère quitter le coin demain ou après demain.

Jeudi 23 Septembre

Les démarches pour faire prolonger son visa "touriste" étant très compliquées, j'ai décidé de confier l'affaire à une agence spécialisée ! J'ai du prendre mon billet d'avion pour quitter l'Indonésie car on doit montrer une copie du billet de sortie pour avoir l'extension du visa. Je pars donc pour Manille (Via Singapour) le 19 octobre au soir.

Je n'ai pas eu beaucoup de temps pour visiter les environs, entre la pluie, les démarches et lorsque j'ai eu le temps, la circulation m'a très vite gonflé et j'ai préféré attendre d'avoir quitté cette partie de l'île pour me lancer dans l'exploration !

J'ai quand même trouvé le temps de passer à la plage ! et de voir une statue assez monumentale proche de l'aéroport.

Au cours de mes déplacements, j'ai été arrêté par un convoi funéraire.

L'hôtel où j'étais au début étant complet hier, j'ai trouvé refuge chez un français qui loue des villas.

Je paye 50€ la nuit ce qui est très raisonnable...

Je suis là encore une nuit et je pars pour Sanur.

Ah oui, j'ai oublié de vous donner une carte de Bali pour repérer mon parcours. La voilà :

Vendredi 1er Octobre

Une semaine sans nouvelles, je vous délaisse un peu ! En fait je n'ai pas fait grand chose. J'ai quitté Seminyak, la partie ultra touristique pour aller à Sanur une autre station balnéaire plus "famille". J'y suis resté deux jours, mais rien de bien intéressant à y faire ou voir.

Ensuite je suis parti pour Ubud. Tout le monde m'avait dit que c'était la ville la plus intéressante de Bali car axée sur l'artisanat et un peu de culture.

C'est vrai qu'en approchant, les premières traces de l'architecture balinaise apparaissent. Puis on en voit de plus en plus.

Même l'entrée de mon hôtel est dans le style.

Effectivement Ubud est bien le centre le l'artisanat balinais. En y arrivant on traverse différents villages,

celui de la pierre et des statues,

celui du bois,

celui du verre ,

celui des poteries décorées de verre,

celui de l'argent et de l'or (Bizarrement ils n'exposent pas les créations au bord de la route...), etc...

C'est vrai que la ville est plus calme que les stations balnéaires, mais la journée, des dizaines de bus amènent des touristes venus de ces stations pour faire les marchés et les boutiques. La ville ne retrouve son calme qu'en début de soirée.

En dehors de l'artisanat, l'attraction principale d'Ubud est la "Monkey Forest".

Intégrée dans la ville, les singes sont nombreux à la peupler. Ils ne risquent rien car l'ensemble est sacré. La traduction des trois mots balinais pour la nommer est "Forêt", "Singe" et "Sacré". Alors doit-t-on dire "Forêt des singe sacrés" ? ou "Sacrée forêt de singe !" ou plutôt "Forêt sacrée de singes". Ha ha ha ! Le français est quand même une sacrée langue !!!

J'ai aussi été me balader dans les environs. On croise des balinaises portant leur affaires sur la tête, des arbres somptueux et bien sûr ces merveilleuses rizières en terrasse qui ont fait la réputation des paysages de Bali.

Même dans les petits villages, l'architecture est présente. La jungle est moins sauvage qu'en Thaïlande et les paysages dans leur ensemble sont superbes. On voit parfois le travail en cours d'un artisant.

Certains ronds-points sont ornés de statues, parfois imposantes, parfois moins !

Dimanche 3 Octobre

Je suis parti me balader au nord d'Ubud. A un moment, j'arrive une guérite avec un garde qui me demande 5000 roupies. Quand je lui demande pourquoi il tend le bras devant lui, je tourne la tête vers ma droite et là...

Oui ça surprend quand on ne s'y attend pas ! Le lac et le volcan forment un magnifique paysage.

Un petit panoramique pour fêter ça !

Une des caractéristiques de Bali c'est qu'il y a constamment des cérémonies quelque part. Les occidentaux qui vivent ici ont arrêtés d'essayer de comprendre pourquoi à chaque fois !

Très régulièrement en se déplaçant on tombe sur des décorations pour une cérémonie ou des balinais qui s'y rendent.

Demain je quitte Ubud pour aller vers Amed.

Lundi 4 Octobre

Arhg... Gros problème !!! Ma fidèle montre ne marche plus ! Comme je ne peux pas me passer de montre, je décide de suivre les recommandations de Jacques Ségéla et à l'approche de mes 52 ans je choisis de m'offrir une Rolex ! Je vais donc chez "l'horloger/bijoutier" du coin et je m'offre une "petite" Rolex. Bon pour 10€ on ne peut pas demander plus... (Si quelqu'un connait Jacques, je voudrais savoir si ça compte comme preuve de "réussir sa vie" ?) LOL !!!

A part ça, j'ai quitté Ubud ce matin pour aller à Amed. Quelques photos prises sur le chemin.

Sur une nouvelle voie rapide, j'arrive à un carrefour et là je découvre qu'ici on passe des deux côtés du rond-point !

Un peu plus loin je suis arrêté par une cérémonie.

Encore plus loin, après une cérémonie, les décorations le long de la route ont fané et dans le vent, l'effet est très agréable.

J'arrive enfin à Amed et je découvre les plages de sable noir qui font la réputation du lieu.

Amed est le nom du premier village sur la côte et tout au long de celle-ci, les petits village s'enchaînent. C'est un endroit peu touristique très accueillant. Je vais y rester quelques jours.

Jeudi 7 Octobre

Je suis depuis 3 jours à Amed. C'est vraiment un endroit où l'on a juste envie de farniente...

Quelques vues de la mer et en arrière plan le mont Agung, le plus haut volcan de l'île.

Demain je vais plus au nord dans la région de Lovina.

Samedi 9 Octobre

Me voilà à Lovina sur la côte nord de Bali. C'est encore une petite station balnéaire sans trop de monde. Les statues sur les ronds points sont toujours surprenantes.

Le trajet depuis Amed s'est bien passé mais sous un ciel gris et pluvieux par intermittence. Donc pas vraiment idéal pour prendre des photos. Quand même la vue du Mont Agung dans les nuages.

Aujourd'hui j'en ai profité pour aller voir quelques temples dans les environs

et des balinaises portant fardeau sur la tête ou priant au temple.

Demain je quitte la côte pour découvrir l'intérieur de l'île.

Dimanche 10 Octobre

J'ai repoussé mon départ d'une journée pour profiter du soleil au bord de la piscine et pour aller voir le plus grand temple bouddhiste de l'île.

On dit que Bali est Bouddhiste alors que l'Indonésie est Musulmane, mais en fait les Balinais sont surtout Hindouistes et Animistes.

Mardi 12 Octobre

Je suis arrivé hier soir à Munduk. C'est un petit village de crête perché dans la montagne. Sur la route, en arrivant en haut de la montée il y a un petit temple puis on a une très belle vue sur les lacs en contrebas.

Une fois arrivé et installé dans une petite guesthouse, il pleut ! Bref le même temps qu'à Paris ! Et je me retrouve comme à Paris à passer le temps avec l'ordinateur. Mais la vue n'est pas la même...

Ce matin, beau soleil. J'en profite pour aller faire un petit tour pour voir une belle cascade puis je pars pour un autre village de montagne un peu plus loin.

Mercredi 13 Octobre

Petit trajet pour rejoindre Candikuning. Toujours dans la montagne mais au bord d'un lac, c'est une petite ville connue pour son jardin botanique. Mais si les voitures peuvent y pénétrer pour le visiter, les scooters sont interdits ! Vu la taille du truc, j'ai laissé tomber !

Quelques photos des paysages entre les deux villages,

quelques singes sur le passage, des balinaise portant la récolte d'hortensia ! (Il fait suffisamment frais en hauteur pour que ça pousse !)

Le marché est aussi assez intéressant avec beaucoup de fruits et d'épices et ses marchandes de maïs au bord de la route.

Je pars aujourd'hui voir des rizières.

Vendredi 15 Octobre

Mercredi j'ai donc quitté Candikuning, avec un passage devant le lac, pour retourner à Ubud. Je suis passé par un lieu classé au patrimoine de l'UNESCO, les rizières de Jati Luwih (prononcer loui).

Sur la route, on voit que la culture en terrasse ne concerne pas que le riz, on aperçoit d'autres types de plantations. La route est toujours aussi agréable, on croise des balinaises allant à une cérémonie, d'autres portant du bois et lorsque la route est en réfection elles portent les pierres. Et j'arrive enfin à Jati Luwih.

Je suis soudain arrêté sur un pont par une procession en vue d'une crémation. Une fois le cortège prêt, il s'ébranle, le cercueil porté par beaucoup d'hommes monte vers le lieu de crémation. Tout le monde suit.

Parfois, sur la route on passe devant l'entrée de ce qui semble être un temple, mais c'est juste une maison. En fait, si en Thaïlande chaque habitation possède une "maison aux esprits", ici c'est tout une construction qui occupe la même fonction, protéger la maison.

Une fois la route libérée je continue dans les rizières.

C'est vraiment splendide. Je passe devant des véhicules intéressants pour faire la visite des rizières...

De l'autre côté de Jati Luwih, on arrive au temple Pura Luhur Batu Karu.

Je pars ensuite vers Tanah Lot où se trouve le plus important temple de la mer. Je suis arrêté à un feu derrière un écolier avec un sac à doc "intéressant" !

En arrivant à Tanah Lot je me rends compte que j'ai retrouvé la partie la plus touristique de Bali. Tout le chemin pour arriver au temple n'est qu'un immense marché à touristes.

On arrive enfin au temple où il y a toujours des cérémonies.

Je vais passer encore deux jours à Ubud pour me reposer un peu puis deux jours à Seminyak avant de quitter Bali et l'Indonésie pour Manille et les Philippines.

Mardi 19 Octobre

Mon séjour en Indonésie se termine aujourd'hui. Je décolle cet après-midi pour Singapour puis Manille où j'arriverais vers 4h00 du matin.

J'ai apprécié le Sulawesi et Bali, mais pas au point de changer de lieu de vie. Je préfère toujours la Thaïlande !

A bientôt.